Eglise St Rémy (Orgue de )

La cérémonie d'inauguration de l'orgue, le 10 novembre 2002, a célébré la renaissance de cet orgue à 8 jeux, construit en 1864 pour l'église St Denis de Nuits St Georges et installé en 1875.

stru_8152_1.jpg

Articles proposé par B. Loiseau et Bruno Thiebergien (août 2003)

Article 1

Après l'exposé technique du facteur d'orgue Jean Deloye sur le travail exceptionnel qu'il a accompli, la bénédiction fut célébrée par Luc Lalire, vicaire général du Diocèse de Dijon, en présence du Père Eric Ardiet, prêtre du secteur paroissial.

Le récital de Michel Chapuis, organiste titulaire de l'orgue de la Chapelle Royale de Versailles a permis ensuite d'apprécier la virtuosité de cet artiste talentueux et de renommée internationale, le talent de la jeune organiste Akiko Kan-Dieu et l'art du facteur d'orgues Jean Deloye à travers le souffle exceptionnel de l'instrument qui a désormais retrouvé sa majesté d'antan.

Le projet de réhabilitation a bénéficié de l'appui du Conseil Régional, du Conseil Général et de la Fédération des Orgues de Côte d'Or. Il illustre aussi la volonté de la commune de s'inscrire dans les actions de préservation du patrimoine. Désormais l'église St Rémy peut accueillir les amoureux de l'orgue.

A rticle 2

Le concert inaugural de l'orgue de l'église St-Rémy de Brazey-en-Plaine a permis à un large public d'entendre de nouveau retentir un instrument totalement rénové sous les voûtes du saint lieu.

Des morceaux à deux mains, puis à quatre mains, ont permis au public d'apprécier des oeuvres de Mozart, Reinken, Bohm et Frescobaldi.

Construit en 1864

L'église Saint-Rémy, inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, date de 1837 (style néo-classique de la période 1810-1850).

Elle a été dessinée par l'architecte Pierre-Paul Petit, qui a également réalisé la chartreuse de Chambolle.

A l'intérieur du monument brazéen, contre la façade occidentale, trône un orgue. Cette pièce fut construite en 1864 par Verschneider pour l'église Saint-Denis de Nuits-Saint-Georges, puis vendu en 1875 et installé par le facteur d'orgue Cavaille-Coll à Brazey-en-Plaine. Si l'instrument a donné un air solennel durant de nombreuses décennies aux cérémonies qui se déroulaient dans les lieux saints, celui-ci a subi les outrages du temps et s'est tut depuis plusieurs années. C'est pourquoi un programme de réhabilitation a été décidé par la municipalité.

Un travail méticuleux

Pour ce faire, c'est le facteur d'orgue Jean Deloye, dont les ateliers sont situés à Audelange (39) qui a été choisi pour restaurer l'instrument.

Un long travail a été nécessaire dans un premier temps, depuis le relevé de la pression et le contrôle des diapasons, jusqu'au démontage et le transport en atelier. Il a fallu en effet dételer toutes les mécaniques, notes et porte-vent, et démonter la soufflerie, mouvement de pompe et boîte régulatrice. Jean Deloye et son équipe ont rehaussé le buffet afin de permettre l'ouverture des portes arrières et par la même améliorer l'esthétique. Après nettoyage et traitement de la partie haute, il a fallu également restaurer les panneaux de côtés et ceux des portes arrières. La façade, composée de 32 tuyaux, a été redressée et lustrée au blanc d'Espagne. Les tuyaux de métal à bouche ont été classés, lavés, redressés et soudés à? où les déchirures et entailles étaient trop ouvertes. Le sommier a été chevillé, les ouvertures des gravures nettoyées et encollées à l'ocre, la laye remontée avec joint de peau, le tampon regarni et les clefs révisées. Les ressorts ont été recalibrés (en fonction du toucher souhaité), les boursettes révisées, les chapes redressées et graphitées, il a fallu procéder à l'ajustage de la tuyauterie sur les faux sommiers et revoir la mécanique notes et jeux, la soufflerie, l'alimentation, les postages, puis monter sur place les éléments restaurés avant l'harmonisation finale et l'accord.

Des tuyaux en bois

L'orgue construit en 1864 comprenait 8 jeux, un clavier et pédalier. Déjà en 1975, Hartmann apportait quelques modifications et procédait à de menues réparations. Si le buffet est réalisé en chêne, comportant 4 plates-faces, deux au centre plus petites à 10 tuyaux chacune, deux autres de part et d'autre plus importantes à 6 tuyaux chacune, surmontées de feuillages sculptés, le second buffet présente une particularité étonnante.

Peu de brazéens savent que ce second buffet (comprenant 3 tourelles et deux plates-faces) situé au dessus du premier est factice. En effet, les tuyaux sont en bois. Pourquoi ?...

Sans doute à une époque lointaine il fut récupéré un buffet, qu'il fallut bien garnir... En tout cas, les "tuyaux" ont été aspirés et nettoyés, traités au xylophène par trempage, et l'intérieur des pieds encollé...

Les travaux ont coûté 31 000 euros, dont une subvention du Conseil Régional de 6 000 euros, du Conseil Général de 9 000 euros, et de la FOCO (fédération des orgues de Côte-d'Or) de 1 295 euros, le reste étant à la charge de la municipalité.

Dossier établi grâce aux archives municipales de Nuits-St-Georges, aux archives municipales de Brazey-en-Plaine, à la collaboration de Jean-Pierre Poussot et Jean Deloye.

Bruno Thiebergien